Gabriel García Márquez

Gabriel García Márquez (1927-2014) : le genie controversé, l’initiateur du “réalisme magique”. Premier Colombien à recevoir le Prix Nobel de littérature, García Márquez a bousculé les codes, devenant une figure de proue du “boom latino-américain”. S’éloignant de l’indigénisme de ses prédécesseurs, il utilise la fable et le fantastique pour rendre compte des réalités du continent. Persuadé que la poésie est “la preuve la plus flagrante de l’existence de l’homme”, il joint la mythologie populaire à l’Histoire, s’attache aux détails, donnant la primauté aux anecdotes sur la rationalité et la linéarité du roman. Souvent contesté pour ses engagements communistes, beaucoup de ses admirateurs ne lui pardonneront pas ses choix politiques et son amitié pour Castro.


Pour vos commandes, une seule adresse email : librairiekalila@yahoo.com
Ne vous déplacez plus ! Recevez vos livres à domicile si vous payez en ligne (par email)

Cliquer sur un ouvrage pour en lire le résumé
    
  

Pour vos commandes, une seule adresse email : librairiekalila@yahoo.com

Ne vous déplacez plus ! Recevez vos livres à domicile si vous payez en ligne (par email)

12662594_963200590434743_5771018338314018994_n


Résumé des oeuvres

Pas de lettre pour le colonel
Ecrite à Paris en janvier 1957, alors que Garcia Màrquez crevait de faim et mangeait “de la merde” – dernier mot du roman – voici la confession pitoyable d’un vieux colonel qui, dans une bourgade famélique de Colombie, attend en vain la très hypothétique pension qu’il a méritée, pour ses bons et loyaux services. Un roman sur l’illusion et l’attente, noué comme une tragédie antique.

Cent Ans de solitude
A Macondo, le village fétiche inventé par le Nobel 1982, la famille Buendia devient à elle seule une allégorie des tourments – et des fragiles espérances – de l’humanité. Dans ce roman-monde, on entend battre le coeur d’une Amérique qui renoue avec ses légendes, sur les décombres de la colonisation. Un feu d’artifice verbal, sous le signe du réalisme magique.

L’Automne du patriarche
Enroulé dans les lianes de très longues phrases, ce récit est le portrait shakespearien d’un despote délirant et tyrannique, enfermé dans un palais d’opérette où rôdent les charognards. Avec, en arrière-plan, la peinture d’un continent vampirisé par de multiples dictatures.

Chronique d’une mort annoncée
Bruit, fureur et violence politique se mêlent dans ce thriller tragique où l’on apprend, dès la première ligne, que Santiago Nasar sera bientôt assassiné. Une méditation sur le destin, dont la volonté aveugle va se déployer implacablement, comme une machine infernale.

L’Amour aux temps du choléra
Histoire d’une passion foudroyante que le temps n’altère pas, et qui couvera pendant un demi-siècle avant d’éclater comme un fruit mûr. Le roman le plus jouissif de Garcia Marquez, où l’amour a la dimension de l’éternité.

Prochains événements

Jeudi 21 décembre, 18h30 | Rencontre avec Sanaa El Aji : Sexualité et célibat au Maroc

Plus d'infos sur notre Agenda Culturel !

clock

Newsletter

Inscrivez votre adresse email ci-dessous pour être au courant des événements et des nouveautés de votre Librairie !

newsletter

Contact

Email : librairiekalila [at] yahoo.com Tel :  +212 537 72 31 06 Fax : +212 537 72 24 78 Adresse : 344, avenue Mohammed V, Rabat, Maroc. Horaires : Du lundi au samedi de 9h30 à 13h et de 15h à 19h30 chat

Likez notre page Facebook !

Vos commandes

Commandez vos livres par téléphone, email ou en venant sur place ! En savoir plus
delivery-truck

Publications Facebook

www.ultimedia.com

Quand Jean d’Ormesson parlait de la condition féminine

1 likes, 0 comments6 days ago

S’il fallait n’avoir lu que cinq livres de Jean d’Ormesson

L’écrivain Jean d’Ormesson est mort dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 décembre, à l’âge de 92 ans. Que faut-il retenir de son œuvre..

10 likes, 0 comments1 week ago

FRANCE 2

« La vie est naturellement une vallée de larmes. Elle est aussi une vallée de roses ». Jean d’Ormesson

17 likes, 0 comments1 week ago

L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort

Jean d’O. pratiquait à merveille un art en voie de disparition, celui de la conversation. Il était brillant, jamais ennuyeux, parlait vite..

11 likes, 2 comments1 week ago

Au programme ce mois de Décembre: > Mardi 05/12, 18h30 | Rencontre avec Souad Jamai autour de “Un toubib dans la ville” > Jeudi 14/12, 18h30..

5 likes, 0 comments3 weeks ago